Des parcs qui invitent à la détente

Des parcs qui invitent à la détente La nature en ville, c’est tout simplement nos jardins, balcons, arbres et parcs communaux.  Un vieil arbre, un bout de mur, un coin de jardin sauvage et voilà que la nature s’installe !  Le développement du tissu urbain et des activités humaines ne signifient pas automatiquement la disparition de la nature. Un peu d’attention et quelques compromis permettent une cohabitation harmonieuse.  Les escarpements rocheux et les vieux murs qui abondent à Namur sont particulièrement appréciés par certaines espèces végétales et animales.  Ces espèces, sensibles, souvent discrètes, égaient délicatement notre environnement urbain. 

 

Le Parc de La Plante (Faubourg de Namur, Avenue Théodore Baron)Le Parc de La Plante (Faubourg de Namur, Avenue Théodore Baron)

 

Au passage des promeneurs, les tilleuls défilent en colonnes silencieuses et ordonnées le long de l'allée principale de ce parc paysager dont les courbes rappellent les méandres de la Meuse toute proche. C'est à l'ombre de ces tilleuls que Léopold Ier choisit de venir fêter en 1856, le 25e anniversaire de l'Indépendance belge.  On y entend pour la première fois, l'hymne namurois le "Bia Bouquet".  L'endroit, classé comme site le 04 décembre 1989, est à voir pour la beauté de ses arbres centenaires dont un magnifique tulipier, quelques vieux ifs et un marronnier pleureur très rare à feuilles lacinées.

 

Le Parc Astrid (Jambes, Avenue du Bourgmestre Jean Materne) Le Parc Astrid (Jambes, Avenue du Bourgmestre Jean Materne)

 

Né en 1955 de la réunion de deux anciennes propriétés privées, ce parc d’environ 2 hectares, au tracé en courbe, avec son étang, sa plaine de jeux et ses quelques arbres remarquables, a été ouvert au public en 1960.  Il est aussi un lieu de convergence des écoles, du Conservatoire, de la bibliothèque et de la salle des fêtes de Jambes ou tout simplement un lieu de détente et de promenade.  On peut également y voir la reconstitution de l'escalier de l'ancien Hôtel de Ville de Jambes, détruit au début des années 1990.

 

Le Parc d’Amée (Jambes, avenue du Parc d’Amée) Le Parc d’Amée (Jambes, avenue du Parc d’Amée)

 

Cet ancien parc privé, créé en 1952 sur les plans de l’architecte José Ledoux, contient une belle variété d’arbres de haute futaie tant indigènes qu’exotiques tels que tilleuls, chênes, frênes, érables, hêtres pourpres, ainsi qu’un cèdre bleu de l’Atlantique de dimensions remarquables.  Des plantations de régénération mettant en œuvre des arbres de collection ont été réalisées.  Ce sont ainsi quelques 36 variétés qui ont été plantées, parfois en plusieurs exemplaires. Citons notamment le Carya illinoinensis (Pacanier comestible, qui produit les noix de Pecan), le Diospyros lotus (Plaqueminier d’Europe), ainsi que des collections de chênes et de sorbiers. Cet espace vert assure une belle continuité du paysage en amont de l’île Vas-t’y-frotte.

 

Le Parc Louise-Marie (Namur, angle de l’avenue de Stassart et boulevard Frère Orban)Le Parc Louise-Marie (Namur, angle de l’avenue de Stassart et boulevard Frère Orban)

 

Ce Parc, du nom de la première Reine des belges, est né d'un concours organisé par le Conseil communal de Namur qui prima le projet de l'architecte Constantin Schmits. A l'origine de ce concours : libérer la ville du carcan des fortifications en ensevelissant pierres et ruines sous un tapis de végétation et en créant un lieu de sociabilité urbaine.  Le tracé tout en courbes et les enrochements artificiels caractérisent ce parc paysager romantique d'inspiration allemande. Parc urbain à deux niveaux répartis sur 3 hectares, classé comme site le 08 juillet 1986, il présente une partie basse comprenant un étang central qu'encerclent un chemin de promenade et une partie haute, autrefois surmontée d'un kiosque destiné au spectacle.  Le kiosque aujourd'hui disparu a permis la redécouverte des vestiges du pont hollandais aboutissant autrefois à la Porte de Bruxelles.

 

Le Parc des Sources (Namur, rue Salzinnes-les-Moulins, 391)Le Parc des Sources (Namur, rue Salzinnes-les-Moulins, 391)

 

Ce jardin naturel d’un hectare et demi est dans un style très en vogue actuellement.  Comme son nom l'indique, de nombreuses sources y coulent et se rejoignent dans l'étang, entourant un îlot relié à la terre ferme par un petit pont. Au terme des rénovations entreprises, les zones marécageuses du parc sont accessibles sur des caillebotis tandis qu’une cressonnière a été reconstituée.

 

Le square Fallon (Namur, rue des Noyers et avenue Baron Fallon)Le square Fallon (Namur, rue des Noyers et avenue Baron Fallon)

 

Cet espace arboré, autrefois propriété de la famille Fallon a été acquis par la Ville en 1929.  Les premiers plans d’aménagement datent de 1940.  Espace vert à flanc de coteau, le square Fallon, d’une superficie de 86 ares, avec son petit vallon humide, incite à la flânerie, aux jeux et au repos.  Il permet une promenade particulièrement agréable dans un écrin de verdure reliant le faubourg de Salzinnes au Parc du Champeau.  Sa forte déclivité participe au charme de cet espace.

 

Le Parc du centenaire (Wépion, place du Vierly)Le Parc du centenaire (Wépion, place du Vierly)

 

A Wépion, une convention d’usage et d’entretien a été conclue avec le Conseil de la Fabrique d’église du Vierly et le terrain à l’abandon jouxtant l’église a fait l’objet d’un aménagement complet. L’espace présente désormais une superbe collection d’hortensias (14 variétés), un ensemble de lauriers cerises, ainsi qu’une série d’arbres de collection, dont notamment un Broussonetia papyrifera (arbre à papiers), un Celtis sinensis (micocoulier) et un Morus alba macrophylla (mûrier blanc à grandes feuilles).

 

L’Arboretum de la Citadelle (Parc du Champeau - Citadelle de Namur)L’Arboretum de la Citadelle (Parc du Champeau - Citadelle de Namur)

 

Vaste parc paysager, riche d’une collection d’arbres remarquables de nombreuses essences différentes, rassemblés dans deux arboretums, ce parc urbain à mi-chemin entre la nature sauvage et l’espace végétal apprivoisé, offre de délicieuses balades le long de ses chemins de promenade.  Au retour du printemps, les cerisiers concentrés autour du Château de Namur ajoutent au spectacle.  Cet arboretum intéressera également bon nombre d’amateurs éclairés en la matière puisqu’un étiquetage adapté et spécifique est disposé au pied de plus de 125 spécimens représentatifs.

 

Le Parc de l’Etoile (Namur centre, rue de l’Etoile)Le Parc de l’Etoile (Namur centre, rue de l’Etoile)

 

Au cœur du centre-ville, cet îlot vert situé rue de l’Etoile donne un éclat inédit à tout le quartier. Un très bel exemple d’une revitalisation urbaine réussie, coordonnée par un partenariat public/privé.  Créé de toute pièce en 2004 sur une dalle, au-dessus d’un parking, ce coin de quiétude est particulièrement apprécié.

 

 

Le Parc des Ramiers (Bouge/Vedrin, entrée par la rue des Faucons ou par la rue J. Wanet)Le Parc des Ramiers (Bouge/Vedrin, entrée par la rue des Faucons ou par la rue J. Wanet)

 

Ce petit parc d’1 hectare 60 met les essences indigènes à l’honneur. Une rampe réalisée en 2008 assure la liaison entre la partie haute, boisée, aménagée dans les années 2000 et la partie basse plantée de petits fruitiers en 2007, dans le cadre de la semaine de l’arbre.

 

 

En pratique !

 

Pour en savoir plus, consultez la rubrique « Publications » de ce site.

 

Ces parcs sont d’accès libre.  Il existe cependant des possibilités de visites guidées en groupe. Pour ce faire, n’hésitez pas à contacter l’Office du Tourisme de Namur au 081/24.64.49.